Notre société l’idéalise; elle est devenu un autre produit de consommation. En plein dans le rêve américain, la famille parfaite est hétérosexuelle (et probablement sexiste dans son rapport de revenus et sa distribution des tâches), blanche, de classe moyenne et fonctionnelle. On vend des valeurs en carton, qui paraissent pourtant profondes et attrayantes. On nous dit que la famille, c’est ce qu’il y a de plus important (surtout pour les femmes, de qui on attend toujours la production d’un ou plusieurs bébés, qui bien sûr devront prendre le dessus sur sa carrière pour qu’elle soit considérée une bonne maman, parce qu’évidemment tout l’univers a son mot à dire sur la vie d’une femme), mais surtout, on apprend très jeune que l’on ne choisit pas sa famille, mais qu’il faut tout de même l’accepter et même l’aimer. Qu’il faut garder contact et se soutenir, parce qu’on a une génétique similaire et probablement le même nom.

Pourtant, tout ceci est très destructeur. Cette image des liens familiaux peu créer des situations inconfortables, voir dangereuses dans beaucoup de situations.

D’abord, cela enseigne aux enfants à ne pas être sincères et à entretenir des relations contre leur gré simplement “parce qu’il le faut”, ou “parce que c’est comme ça”. Si un.e membre de la famille ne plaît pas à l’enfant, il ne faut pas lae forcer à lae fréquenter, encore moins à lui démontrer de l’affection comme des bisous ou des câlins. L’enfant apprend ainsi que son consentement peut être révoqué par une autre personne qu’ellui-même, ce qui peut nuire à sa confiance et l’exposer à des situations dangereuses d’abus physiques et psychologique. Cela lui enseigne également que le lien familial, ou bien l’image d’une famille unie prévaut sur son bien-être personnel, et donc que de refuser de voir des gens qui ne lae font pas sentir bien fait d’ellui une personne égocentrique, ce qui bien sûr est totalement faux.

(Traduction de l’image : “Ne perds pas ton temps pour des gens qui te font sentir mal.” Artiste : «EMM, not Emma»)image

Ensuite, au-delà du manque d’affinités, cela peut exposer les gens à des personnes potentiellement dangereuses au nom des liens du sang. Beaucoup de familles, dans le but de préserver une bonne réputation, vont aller jusqu’à gommer les fautes graves de certain.es membres, ou faire comme si de rien n’était. L’aveuglement volontaire, surtout dans des cas de personnes violentes physiquement, verbalement ou sexuellement, est incroyablement destructeur. Lae (ou les) membre de la famille qui sera victime se sentira isolé.e, complètement seul.e et démuni.e devant le silence des autres. Alors que sa famille semble transmettre des valeurs d’unité et de soutient, cette personne pourrait se sentir trahi.e, alors que tout ceci aurait été évité si les mesures adéquates avaient été prises pour expulser la personne dangereuse du cercle familial. C’est encore pire lorsque plusieurs personnes sont problématiques : dû à la pression qu’exerce la société sur nos rapports avec les autres et surtout avec les membres de notre famille, la personne victime de violence(s) pourrait se sentir contrainte de nuire à sa sécurité pour maintenir des liens toxiques, tout cela au nom d’un sang commun.

Aussi, même si les membres de ta famille sont présent.es pour toi, cela ne veut pas dire que tu leur dois ta propre présence. L’aide que les gens te donnent n’est pas un prêt que tu dois rendre et qui t’endette, mais bien un acte de générosité qui devrait être gratuit. Si des gens te font sentir mal à l’aise, ou carrément mal, les actes bienveillants qu’illes auraient pu faire ne compte pas, et tu ne leur dois rien. Les liens du sang ne sont pas des pactes liés à la naissance ou des contrats faits contre le gré de chaque membre. Ce n’est pas non plus parce qu’une personne en a mis une autre au monde qu’iel a tous les droits sur son enfant.

(Traduction de l’image : “Les bonnes choses que les gens font n’annulent pas les mauvaises choses qu’iels font.” Artiste : The Latest Kate)image(2)

(Traduction de l’image : « Une personne n’a pas à être mauvaise pour être mauvaise pour toi. » Artiste : The Latest Kate)
image(1)
De plus, les liens du sang peuvent cacher un purisme raciste latent qui n’a pas sa place dans nos sociétés. Beaucoup de gens nationalistes croient que leur famille, en raison de paramètres subjectifs tels que la couleur de peau ou l’endroit de naissance, auraient plus de droits que d’autres sur la culture dont ils font pourtant toustes partie. Illes encourageraient (voir “mettre de la pression”) donc les membres de leur famille (surtout celleux avec un utérus) à procréer, plutôt que de choisir pour elleux-même. En dénigrant l’adoption ou le refus de mettre au monde (ce qui, soit dit en passant, est une vision absolument misogyne, où la personne est perçue comme un moyen plutôt que comme un individu – la machine à bébés pour arriver à leur fin), illes font savoir qu’à leur avis, il faudrait peupler la patrie avec plus de gens correspondant à leurs critères subjectifs -et racistes, pour contrer l’immigration ou la diversité ethnique.

Finalement, on se rend bien compte que les valeurs traditionnelles familiales sont une médiocre supercherie qui encourage l’abus en silenciant les victimes ainsi qu’en leur donnant un sentiment de devoir et qui nuit à l’épanouissement des enfants en refusant d’écouter leurs besoins, avec en plus un fond de xénophobie. Bien sûr, les liens familiaux ne sont fondamentalement pas mauvais, il faudrait peut-être simplement revoir notre idéalisme à ce sujet et offrir des paramètres familiaux plus compréhensifs et inclusifs. Ce qui fait une famille, c’est le sentiment de respect, d’appartenance et d’amour partagé, voilà pourquoi notre vraie famille ne partage pas nécessairement notre sang.

Publicités